Le rhum agricole : La réponse parfaite à une industrie en déclin

0

Le rhum agricole est apparu après le rhum industriel. Sa réelle production n’a commencé que dans la deuxième moitié du 19ème siècle.

À cette époque, les temps sont durs pour l’industrie sucrière. La fin de l’esclavage, la concurrence trop nombreuse et la découverte du sucre de betterave en Europe participent à l’effondrement du cours du sucre.

Une nouvelle matière première

Pour survivre, certaines distilleries décident de se diversifier en se tournant vers le rhum. Ainsi, nombre d’entre elles abandonnent totalement la production de sucre pour ne se consacrer qu’au rhum. Elles commencent ainsi à utiliser une autre matière première, plus facile à obtenir que la mélasse : le jus de canne. Appelé « vesou » en créole, il est obtenu en broyant la canne à sucre.

C’est cette matière première qui représente la principale caractéristique du rhum agricole. Le jus de canne donne au rhum agricole des saveurs plus directement liées au terroir dont il provient que le rhum industriel. Le rhum agricole peut donc profiter d’une large variété de parfums et d’arômes.

Les différents types de rhum agricole

On divise généralement le rhum agricole en quatre grandes catégories :

  • Celui dans lequel on peut le mieux sentir les arômes de la canne : le rhum blanc
  • Le rhum paille : légèrement coloré, il est resté pendant 12 à 18 mois en foudres de chêne avant d’être mis en vente.
  • Fabriqué à base de rhum blanc vieilli au moins 3 ans en foudre de chêne : le rhum vieux
  • Le rhum ambré : c’est un mélange de rhum paille et de rhum vieux. Le résultat est un rhum fort et parfumé que l’on utilise notamment dans les cocktails et la pâtisserie.

Le rhum agricole est généralement créé dans les régions d’influence française, et principalement dans les Antilles. La Martinique, la Guadeloupe et Haïti sont les plus gros producteurs.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.